Caraibes Plongee, votre Club de plongée en Guadeloupe

Découvrez les fonds de l'archipel guadeloupéen lors de plongées sous marine encadrées par un moniteur brevet d'état
à Bouillante Réserve Cousteau, Malendure, Ilet Pigeon.

Les pieds dans l'eau ! Le centre est situé sur la plage de malendure, Réserve du Commandant Cousteau. Il bénéficie d'une situation exceptionnelle face aux ilets Pigeon, et vous permet de rejoindre le bateau directement. La piscine devant le centre vous attend pour une initiation aux premières bulles, pour une immersion en eau claire.

Formation de plongée pour plus d'autonomie

La gestion de l’autonomie en plongée passe d’abord par la maîtrise de la respiration sous-marine. En plongée en guadeloupe, l’air augmente de densité avec la profondeur et, malgré l’équipression, les muscles respiratoires vont devoir fournir un effort plus important qu’en surface. Les voies aériennes supérieures représentent un espace mort qui ne participe pas aux échanges respiratoires. En plongée libre ou en scaphandre, cet espace mort anatomique est augmenté par les espaces morts artificiels que sont le tuba ou le détendeur. Enfin, quand le plongeur est en position verticale, tête vers la surface, la membrane du détondour eet à un niveau d’immersion supérieur au centre des poumons. A l’inspiration, le plongeur doit vaincre le gradient de pression d’environ une vingtaine de millibars qui s’établit entre les deux points. Toutes ces « résistances » accroissent l’effort respiratoire et favorisent, par rapport à la respiration terrestre, Faccumulation de gaz carbonique. Elles impliquent la recherche d’un rythme respiratoire adapté. A terre, la fréquence respiratoire d’un homme adulte respirant dans le volume courant (0,5 1) est de 12 à 16 cycles/min. En plongée, pour lutter contre les résistances à l’inspiration et surtout pour favoriser l’expiration, le plongeur utilise une partie du volume de réserve inspiratoire et surtout de réserve expiratoire. Cela revient à augmenter le volume ventilé et à réduire corrélativement la fréquence respiratoire. En activité modérée, comme le déplacement en exploration sans courant, le plongeur peut mobiliser de 1,5 à 2 1 par cycle et réduire sa fréquence respiratoire. A l’intérieur d’un cycle, il importe d’avantager l’expiration par rapport à l’inspiration. Par exemple, « inspiration : 2 s », « apnée : 0,5 s », « expiration : 3 s »,« apnée : 2 s », soit pratiquement une fréquence respiratoire comprise entre 8 et 10 cycles/min. Les apnées permettent un contrôle du rythme : s’il ne peut tenir ces apnées, surtout après l’expiration, le plongeur en guadeloupe s’expose à un risque d’essoufflement. Le rythme respiratoire est modulable en fonction des conditions de plongée. Il peut tomber à 6 cycles/min lors d’une plongée à faible profondeur dans des eaux chaudes et sans courant. En revanche, si la plongée requiert un effort de palmage important ou si la profondeur atteinte est grande, le rythme est adapté en augmentant la fréquence, en supprimant les apnées entre les phases respiratoires et en favorisant l’expiration. En particulier, le rythme respiratoire ne doit jamais être négligé au profit d’un souci d’économie de l’air. Tout l’art de la respiration sous-marine consiste à adapter son activité, ses gestes et son équipement au milieu avec le minimum de dépenses énergétiques et le plus grand confort respiratoire pour ne pas se trouver en situation d’essoufflement.

  • Baptême pour débutant
  • Plongée exploration
  • Plongée sur épave
  • Plongée de nuit
  • Plongée bouteille
  • choix des spots de plongée

Formation pour plongeur

La première des formations et des apprentissages est de lutter contre l'essouflement, le volume ventilé par les poumons croît avec l’intensité de l’exercice musculaire ou de l’effort et, de 6 1/min au repos, il peut atteindre de 100 à 150 1/min. Cela est dû à l’accélération de la fréquence respiratoire et à l’augmentation du volume ventilé à chaque cycle, car le volume de réserve inspiratoire et une partie du volume de réserve expiratoire sont progressivement « incorporés » au volume courant. L’élément « stimulant » est la teneur en gaz carbonique produit au cours de l’effort : il suffit que sa pression dans le sang augmente de peu pour que la ventilation soit doublée. L’action du gaz carbonique s’exerce directement sur les centres respiratoires et par voie réflexe. Si l’effort se prolonge, les centres respiratoires sont excités de plus en plus fréquemment, et l’on entre dans une phase d’essoufflement. La respiration devient de plus en plus rapide et haletante. Le renouvellement d’air est insuffisant et peut conduire, dans les cas extrêmes, à une détresse respiratoire entraînant le plus souvent une noyade. Les causes sont multiples : manque d’entraînement physique, lestage trup lourd, palmage excessif contre le courant, détendeur « dur », froid, stress émotif.

Plongeur en formation en Guadeloupe Antilles

Formation plongée Niveau 1

Vous avez déjà fait votre baptême de plongée sous mairne et vous soutaitez allez dans les grandes profondeurs, faites la formation niveau 1 en Guadeloupe.

Découverte des fonds sous mrin des îles de la Guadeloupe

Formation Niveau 2

Le diplôme Niveau 1 en poche, rendez vous sur les apprentissge pour plonger en toute autonomie sur des spots plus techniques.

Plongeur passant son diplome au milieu des poissons

Formation niveau 3

Ce former en guadeloupe pour être un plongeur aguerri, et découvrir des sites de plongée pour plongeur sportif.

Contactez le centre Caraibes Plongée à Bouillante

Baptème, formation, exploration plongee à la Guadeloupe, Antilles françaises. Débutants ou plongeurs confirmés, venez plonger avec nos moniteurs diplômés d’état, que ce soit pour une exploration ou de la formation, vous trouverez toujours ce que vous recherchez.